Livre : Qui était Picasso ? Lucien Karhausen

Un livre récent d’Annie Cohen-Solal porte sur la surveillance constante de la police française qui dès son immigration et tout au long de sa vie à Paris, l’a soupçonné d’anarchie. Cette publication a été suivie d’une grande exposition des oeuvres de Picasso, accompagnée d’un remarquable catalogue rédigé par un collectif d’experts, qui essaient de situer Picasso dans le monde d’aujourd’hui. Il m’a semblé que cette approche historique et sociologique était susceptible d’être complétée par un regard qui porte sur l’autre versant des choses, celui de Picasso. Comment a-t-il vécu cette situation qui aurait pu être embarrassante ? Quel rapport y a-t-il entre sa personnalité et sa créativité exceptionnelle si pas unique dans l’histoire de l’art ? Où se situe- t-il dans la culture de son siècle ?

Acheter ce livre sur :

Cultura
FNAC
Amazon

Dans la presse : Grand trou noir et lune liquide, d’impressionnantes installations sont exposées en Corse

À l’extrême Sud de l’île méditerranéenne, une quinzaine d’artistes français·es, marocain·e·s, états-unien·ne·s, britanniques, brésilien·ne·s, néerlandais·es, turc·que·s et chinois·es exposent leurs œuvres jusqu’en novembre 2022 dans six lieux emblématiques pour la plupart “restés fermés au public jusqu’à présent”, offrant “une “redécouverte patrimoniale et artistique de la ville”, explique à l’AFP Dominique Marcellesi, l’un des deux créateurs de cette biennale.

Dans cette cité de 3 000 habitant·e·s qui accueille deux millions de visiteur·se·s chaque année, notamment l’été, cette première exposition, baptisée “Rouge Odyssée”, fait référence à L’Odyssée d’Homère qui est passée par Bonifacio. Elle présente des installations et vidéos immersives ainsi que des graffitis, autour de la Méditerranée et des thèmes de l’exil, du déracinement, des mouvements migratoires ou de l’esclavage.

Lire la suite sur Konbini

Livre : Le monde des galeries, art contemporain, structure du marché et internationalisation – Alain Quemin

À l’heure de la mondialisation, marquée par l’essor des grandes foires internationales, quelles transformations ont affecté le marché de l’art contemporain et ses acteurs ? Conduisant de Paris à New York, en passant par Londres, Berlin, Los Angeles mais aussi Hong Kong, Venise et Bâle, la présente enquête dessine la nouvelle géographie des galeries et livre une ethnographie du travail quotidien des galeristes et de leurs collaborateurs.
Pénétrant les « ?coulisses? » invisibles, elle dévoile le type de relations que les professionnels nouent avec les collectionneurs, le rôle de l’amitié – et du champagne – dans cette activité marchande qui court paradoxalement en permanence le risque d’être disqualifiée comme « ?commerciale? ». Elle met ainsi en lumière la place des galeries, à côté des maisons de vente, des institutions publiques et de la critique, dans la création de la « ?valeur? » de l’art aujourd’hui et leur rôle toujours croissant dans la définition de l’art contemporain.
Cette recherche de grande ampleur n’hésite pas à affronter des questions sensibles : est-il possible d’objectiver la « ?qualité? » de galeries qui, pour les plus grandes d’entre elles, concurrencent désormais les musées ? Comment les hiérarchiser, établir un palmarès ? Et, dès lors, quelles sont à ce jour les « ?meilleures? » galeries d’art contemporain, en France et dans le monde ?
À toutes ces interrogations, et à bien d’autres encore, ce travail apporte des réponses inédites, en conjuguant aux différents outils de l’analyse sociologique une connaissance intime que seule rend possible la fréquentation au long cours, en insider, d’un monde méconnu.

Acheter ce livre sur fnac.com

Livre : Artension, L’art contemporain est-il vieux ?

Au programme de ce numéro « L’art contemporain est-il vieux ? » : Coup de foudre : Sergei Isupov Histoire de galeriste : Miyu à Paris Histoire de collectionneur : Bernard Magrez à Bordeaux Histoire de lieu : Djerbahood Artension aime : Papagrebou, Rada Tzankova, Jean-Baptiste Boyer, Madame, Gérard Traquandi, Chiharu Shiota, Yvon Gallant. Entretien : ORLAN Dossier : L’art contemporain est-il vieux ? 50 ans d’expériences et de polémiques Phénomène : Nouvelles esthétiques de la gastronomie Mémoire : « Eva Aeppli » à Metz 197 expositions Le Cahier pro.

Acheter cet exemplaire sur fnac.com

Art contemporain: la pandémie a-t-elle rebattu les cartes? RFI

La ville de New York reste incontestablement le centre du monde artistique. Mais, l’Europe n’est pas en reste. L’Allemagne tout d’abord avec un marché de l’art animé. L’Italie également ou encore le Royaume-Uni, devant la France qui ne parvient pas à retrouver son prestige du milieu du XXè siècle. La scène artistique mondiale connaît depuis plusieurs années une certaine atomisation avec la montée en puissance de nouveaux acteurs tels que la Chine, la Russie, l’Inde ou les États du Golfe.

Ces pays devenus de nouveaux eldorados économiques et financiers engendrent écoles d’art et nouveaux artistes. Le Louvre à Abu Dhabi, Art Basel à Miami, les tulipes de l’Américain Jeff Koons à Paris sont autant de manifestations de l’art contemporain comme outil d’influence. Marqueur de puissance, l’art plus que jamais mesure le degré d’émancipation d’un pays, son pouvoir d’attraction et sa place dans le monde. Que nous dit l’édition 2022 d’Art Basel ?

A écouter sur le site de RFI

« Végétal – L’École de la beauté » aux Beaux-Arts de Paris : le regard de l’homme sur la nature au travers d’oeuvres d’art et de joaillerie – franceinfo

Pour cette exposition d’une très grande richesse, 70 musées, fondations, galeries et collectionneurs privés ont prêté des œuvres.

L’exposition Végétal – L’École de la beauté célèbre le caractère intemporel du végétal en invitant à regarder la nature à travers le prisme de l’art et de la beauté. Le commissaire d’exposition Marc Jeanson montre le regard de l’homme sur la nature à travers des oeuvres d’art et de la joaillerie. Et certaines oeuvres sont bluffantes de réalisme !

Lire la suite sur franceinfo.fr

Le peintre Henri Cueco en tête de proue de Bourges Contemporain – France Bleu

La troisième édition de Bourges Contemporain démarre le 24 juin (jusqu’au 18 septembre). Des expositions dans plusieurs lieux de la ville (la galerie La Box, le transpalette, le château d’eau, etc…), mais aussi dans les granges pyramidales ou les moulins à eau du pays fort.

Bourges mise sur l’art contemporain cet été. Henri Cueco sera l’artiste majeur mis à l’honneur. Cet artiste, décédé en 2017, est surtout connu pour ses toiles mais on pourra aussi découvrir d’autres facettes de son oeuvre. Bourges contemporain exposera également des artistes émergents. Toutes les expos sont gratuites. Le Transpalette, lieu de création contemporaine de Bourges, proposera un dialogue entre Henri Cueco et Edi Dubien, sur le thème des chiens :  » L’exposition s’appelle d’ailleurs les meutes  » détaille Anaëlle Lecry, chargée de médiation au Transpalette.*

Lire la suite

Dans la presse : Un été au Havre, Quand l’art contemporain envahit la cité portuaire : The Good Life

Durant la sixième édition d’Un été au Havre, du 25 juin au 18 septembre, « LH » accueille 8 nouvelles œuvres d’art contemporain qui s’ajoutent à la dizaine définitivement installée partout dans la ville.
Lancé en 2017, Un été au Havre est déjà devenu un événement incontournable des scènes touristique et arty. La ville portuaire, pendant près de trois mois, est ainsi envahie d’œuvres d’art contemporain, certaines réalisées pour l’occasion.

18 Œuvres et 3 expositions
Cette année, pour la sixième édition d’Un été au Havre, ce sont 18 œuvres qui jalonnent la cité dont l’architecture signée Auguste Perret est inscrite sur la liste du patrimoine mondial par l’Unesco. Aux dix œuvres qui constituent la collection permanente visible toute l’année s’ajoutent ainsi six nouvelles créations éphémères et deux qui font leur retour « pour de bon », Jusqu’au bout du monde de Fabien Mérelle sur la digue Augustin Normand et Narrow House d’Erwin Wurm au Square Erignac.

Lire la suite sur le site de The Good Life

A la radio : Art contemporain, Quand la conférence fait œuvre – France Culture

Les formes « conférence » sont de plus en plus fréquentes dans les arts plastiques comme dans le spectacle vivant. Christian Alandete, commissaire d’exposition, nous explique pourquoi la parole se matérialise dans les œuvres d’art depuis les années 2000.

avec :
Christian Alandete (Directeur artistique de l’Institut Giacometti, il est également chargé des relations avec les artistes contemporains).

A écouter sur le site de France Culture