Prix Coal 2022

Fiac-019-detail11

LANCEMENT DU PRIX COAL 2022 SUR LES OCÉANS
Ouvert jusqu’au 1er mars 2022

L’océan est tout à la fois notre horizon géographique, onirique et politique. Alors que les Nations Unies ont proclamé la Décennie des sciences océaniques pour le développement durable 2021-2030, le Prix COAL 2022 invite les artistes du monde entier à explorer ces univers engloutis pour les rendre sensibles au plus grand nombre ; à révéler ce qui se joue dans le ventre de l’océan, depuis ses abysses à vingt mille lieues sous les mers jusqu’à sa surface pour donner à voir et à sentir ce qui encore s’ignore ; et à imaginer de nouvelles actions concrètes pour raviver la résilience avec les mondes de l’eau.

Paysage sans caractère stable ni bornes, en perpétuel mouvement, lieu où tout change sans que rien ne change vraiment, à la fois tout à fait concret et presque abstrait, l’océan semble déborder de sa définition géographique pour désigner une expérience sensible, profondément intime et pourtant largement partagée. Une expérience qui convoque ce que Romain Rolland a nommé « sentiment océanique », cette émotion qui annihile la temporalité et l’espace, et qui nous immerge dans un grand tout.

Ce sentiment de n’être qu’une vague dans un océan sans limites est plus que jamais exacerbé par le contexte écologique, dont les enjeux échappent encore souvent à notre perception et dépassent nos échelles humaines d’espace et de temps. Parmi ces phénomènes imperceptibles pourtant bien en cours, la transformation des océans face aux changements climatiques et à l’effondrement de la biodiversité constitue un véritable défi tant pour le passage à l’action que pour la prise de conscience de processus parfois insaisissables. Réchauffement des océans, montée du niveau des eaux, acidification et désoxygénation des mers, surexploitation des ressources halieutiques, pollution plastique, dégradation des habitats marins, prolifération des espèces invasives… L’océan succombe sous les multiples menaces.

Or, l’océan est à la base des phénomènes mondiaux qui rendent notre planète habitable. Il régule le cycle de l’eau, les mouvements météorologiques, et stabilise le climat en absorbant plus de la moitié des émissions de CO2 de l’humanité. Il constitue le plus grand écosystème de la planète, si vaste qu’il couvre les trois quarts de la surface de la Terre, si profond qu’il contient 97 % de l’eau disponible et 99 % des espaces de vie sur terre en volume, abritant une faune et une flore uniques, à l’endroit même où la vie a émergé.

Berceau de la vie organique, il est aussi celui de la vie économique et marchande, abritant la majorité des humains sur ses zones côtières et faisant vivre trois milliards d’entre eux, qui dépendent directement de la biodiversité marine pour subvenir à leurs besoins. Le partage de ses ressources et de ses espaces a fait de l’océan un enjeu diplomatique et géopolitique de taille, qui relie les humains autant qu’il les oppose : entre coopération internationale et batailles navales, à la fois réservoir de solutions d’avenir (énergie, matériaux…) et lieu d’exploitation sans bornes (extractions, essais nucléaires…), pierre angulaire du libre-échange, sillonné de toutes parts et pourtant encore si méconnu puisque nous avons exploré moins de 5 % de son étendue.

C’est précisément son mystère qui fascine, patrimoine culturel autant que naturel et terreau pour l’imagination, en-deçà et par-delà la surface et l’horizon, là où commence le monde et où finit la terre, où s’enracinent nos mythologies, des mondes flottants aux cités englouties, là où s’engage le voyage et où aboutit l’exil, au cœur des mondes insulaires et auprès des créatures marines fantasmées, là où se dessine le monde d’hier et celui de demain, qu’il soit d’avant le déluge ou après l’apocalypse.

Toutes les propositions devront être déposées le 1er mars 2022 à 23h59 au plus tard, sur le serveur de COAL. Le Prix sera remis lors d’une cérémonie organisée au Musée de la Chasse et de la Nature le 8 juin 2021. Le lauréat du Prix COAL bénéficie d’une dotation de 10 000 euros et d’une résidence (facultative) animée par le musée de la Chasse et de la Nature au Domaine de Belval, propriété de la Fondation François Sommer.

  • Gain : 10.000 €

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *