Corse : Bonifacio accueille sa première biennale internationale d’art contemporain – Franceinfo

Anish Kapoor, Mao Tao… Une quinzaine d’artistes de différents pays exposent leurs œuvres jusqu’en novembre 2022 dans six sites emblématiques de Bonifacio qui étaient jusque-là inaccessibles au public, selon l’un des créateurs de la biennale. L’exposition s’intitule « Rouge Odyssée ».

Du tourbillon « hypnotique » du Britannique Anish Kapoor à la lune fantasmée du Chinois Mao Tao, du street-art californien à des créations vidéos corses ou marseillaise, Bonifacio, à l’extrême sud de la Corse, accueille sa première biennale internationale d’art contemporain. Au total, une quinzaine d’artistes français, marocain, américains, britanniques, brésilien, néerlandais, turque et chinois exposent leurs œuvres jusqu’en novembre dans six sites emblématiques pour la plupart « restés fermés au public jusqu’à présent », offrant une « redécouverte patrimoniale et artistique de la ville », explique à l’AFP Dominique Marcellesi, 30 ans, l’un des deux créateurs de cette biennale.

La suite sur le site de franceinfo

A la télévision : Portrait inédit : « Jean-Michel Basquiat, artiste absolu » sur France 5

Ce documentaire propose une véritable relecture de la vie et de l’œuvre de l’artiste new-yorkais Jean-Michel Basquiat autour de ses origines familiales caribéennes et de son voyage fondateur en Afrique. Il permet de redécouvrir cet artiste majeur du XXe siècle à travers des interviews de ses proches, de spécialistes de son œuvre, et des archives rarement vues. Vendredi 24 juin à 22.40 sur France 5.

Lire la suite sur francetelevisions.fr

Dans la presse : Comprendre ce qu’est un NFT en 14 questions – Les numériques

Marre d’écouter vos amis parler de NFT sans vraiment comprendre de quoi il s’agit ? La rédaction des Numériques vous décrit en 14 questions ce que sont ces actifs numériques qui s’échangent parfois à prix d’or.

Qu’est-ce qu’un NFT ?
NFT est l’abréviation de Non-Fungible Token, ou jeton non fongible en français. Il s’agit de biens numériques uniques dont les transactions se font en cryptomonnaies et qui s’échangent grâce à un protocole de chaîne de blocs (blockchain). Un jeton non fongible est souvent présenté comme un titre de propriété, consigné dans un registre numérique public et décentralisé.

Lire la suite

Dans la presse : En sera-t-il bientôt fini de contempler une œuvre d’art « réelle »? – L’Echo

L’art crypto est désormais clairement en mesure de concurrencer l’art « traditionnel ».

Il n’y a pas qu’au niveau financier que 2008 restera une année historique. Outre la grande crise des subprimes qui s’est propagée à tout un secteur et a donné lieu à de multiples régulations, c’est aussi à ce moment que Satoshi Nakamoto a développé un logiciel permettant de gérer une base de données construite sous forme de blocs, la blockchain. Cette base de données a donné naissance au Bitcoin et a vite été imitée, lançant une vague de naissances de cryptomonnaies.

Lire la suite...

Livre : L’enclos de l’art, la peinture en particuliers, Gisèle Grammare

La métaphore de l’enclos permet de nouveaux chemins, il est probable que ce terme soit le produit du contexte contraint de la pandémie. L’enclos de l’art est un concept s’ouvrant à des sens figurés de réflexions esthétiques, quand « privés de regard », les musées et les galeries étant inaccessibles, on est conduit aux rares lieux où l’art est visible. Entrer dans les églises est une consolation. Saint-François-Xavier, à Paris, possède un célèbre Tintoret, une copie de Ribera, un Luca Giordano. On rencontrera ailleurs les peintures têtes en bas de Georg Baselitz, une série de dessins Reversal/Renversement de Richard Serra de 2016. Le testament de Delacroix se situe dans la chapelle des Saints-Anges de Saint-Sulpice. Par les corps à l’envers, le renversement s’était opéré. Le labyrinthe comme enclos de l’art et de la peinture prend place dans un carré quand l’auteure fait référence à une récente série de son travail. L’enclos de l’histoire s’ouvre avec la Carthage punique de Salammbô, grâce au bicentenaire de la naissance de Flaubert. On retrouve la tragédie de la seconde guerre mondiale avec Baselitz, à laquelle l’auteure ajoute les considérations de Pascal Quignard, sur Le Havre détruit, puis les siennes, mises à distance par L’enclos de l’art.

amazon
fnac
Livre : Requins, caniches et autres mystificateurs, Jean-Gabriel Fredet

Il se passe toujours quelque chose sur la scène de l’art contemporain. Le célèbre artiste Maurizio Cattelan exposait récemment à New-York, – au musée Guggenheim ! – son dernier chef-d’oeuvre : une cuvette de WC en or massif.
Au printemps 2017, Jeff Koons, autre star du milieu, détournait sans vergogne les chefs-d’oeuvre classiques pour lancer une ligne de sacs d’une grande marque de luxe reproduisant des tableaux célèbres de Léonard de Vinci ou de Rubens !
à Venise, pour signer son grand retour, son ami Damien Hirst proposait, lui, une exposition hollywoodienne, 200 pièces récupérées d’une épave engloutie : en fait, elles ont été entièrement fabriquées dans ses ateliers ! Prix affichés, entre 400 000 et 4 millions de dollars.

Dans cet univers sans foi ni loi, des managers affûtés manipulent les prix à l’abri des regards et dictent leur volonté au marché dans l’indifférence de la critique comme des conservateurs de musée qui regardent ailleurs, tétanisés par la crainte de rater les « nouveaux impressionnistes ».
Provocation des artistes, conformisme des amateurs : l’art contemporain devait nous aider à comprendre le monde. Il danse aujourd’hui sur un volcan.
Bulle des prix, bulle des ego, bulle des gogos : après le Jardin des délices, la Nef des fous ?

FNAC.COM