Salon VI, salon de l'érotisme

Comme le temps s’y prête, notre édito de juin est consacré à SALO VI Salon du dessin érotique crée et organisé par Laurent Quénéhen. Pour cette 6ème édition le salon se dessine et se dévoile dans plusieurs lieux parisiens. Véritable parcours initiatique des sens, il nous faudra arpenter les rues de Paris pour entendre les soupirs de SALO VI.
Je n’en dirai pas plus sur SALO, à part que depuis 6 ans SALO est un salon porté à bout de bras par un seul homme Laurent Quénéhen. Ce commissaire d’exposition ne fait aucun compromis, il tient sa ligne artistique, s’engage pour les artistes, montre et porte des œuvres très diversifiées, investit de son temps pour dénicher les perles rares et leurs offre le possible d’exposer.
Rigoureux et tenace est cet homme.
je vous invite à parcourir tous ces lieux parisiens qui pour SALO VI se sont associés à la proposition artistique de Laurent Quénéhen.
Je vous souhaite une belle expérience à vous toutes et tous pour ce mois de juin placé sous le signe de l’érotisme.

Il y a des artistes qui vous bouleversent dès la première rencontre avec leurs œuvres. Pour ma part, en 2012, j’ai eu l’immense bonheur de découvrir en vrai le travail de Régis Perray à la Galerie Gourvennec Ogor à Marseille pour l’exposition Les bouts du Monde.

L’artiste aujourd’hui toujours en pleine création pour notre plus grand plaisir rencontre quelques problématiques de plagiat dont je vous laisserai découvrir sur le lien de son album Les balayeurs en soutien et sa page facebook les tenants et aboutissants.
Il me semble important de partager l’univers de cet artiste avec vous et pour ceux qui nous suivent depuis 10 ans vous en avez déjà entendu parler par les interviews ou articles que j’ai écrit sur le travail de Régis Perray.

Afin de vous re situer le contexte de son travail et en accord avec l’artiste Régis Perray voici le texte de l’exposition écrit par Julie Creen en 2012.

Régis Perray – Les Bouts du Monde

SOL. Mon corps vit sur le sol une gravité apaisante. Etre assis et contempler l’horizon. S’offrir du temps, le temps du repos. Oublier les sols négligés, oublier la terre qui recouvre les proches enterrés. Etre au sol, reposé. « Les Mots Propres » Petit dictionnaire autobiographique de Astiquer à Zen – RP – Edition augmentée 2010.
Marcher, observer, balayer, déblayer, passer, repasser, astiquer, témoigner, collectionner, telles sont les actions et inactions produites par Régis Perray (né en 1970, à Nantes) depuis le milieu des années 1990. La Galerie Gourvennec Ogor accueille sa première exposition personnelle de l’artiste, constituée de trois pièces fondatrices, accompagnées de photographies et d’installations plus récentes. De Nantes à Marseille, d’un port à l’autre, d’un bout du monde à un autre.
Régis Perray a les pieds sur terre. Sa pratique découle d’une association entre son attachement au monde du travail, plus particulièrement aux métiers en lien avec la modification des sols, et son approche sensible des chemins qu’il emprunte. En exote passionné et responsable, il traverse des lieux, où chaque fois le sol est mis en perspective avec son expérience d’un territoire délimité. Un sol pavé, bétonné, caillouteux, poussiéreux, carrelé ou recouvert de parquet. Chacun d’entre eux détermine l’empreinte du site qu’il va sonder. De la France à l’Egypte, en passant par la Pologne, la République Démocratique du Congo ou la Corée du Sud, il arpente les sols comme les témoins d’une culture et d’une histoire auxquelles il souhaite se frotter au sens propre comme au figuré. Pour cela il s’impose un processus, un rythme, qui va lui permettre d’être, le temps d’un séjour, en harmonie avec le lieu choisi. Grâce à une gestuelle simple, répétée, il alterne entre efforts et temps de repos, pour vivre l’espace avec lequel il dialogue discrètement.
L’exposition marseillaise présente, entre autres, trois œuvres produites à partir d’une archéologie personnelle des sols. Via la photographie, la vidéo et la sculpture, Régis Perray compile et classe ses collections d’images, de traces et de signes. Le Mur des Sols (1995-2012) est le fruit d’années de recherches iconographiques, durant lesquelles il a rassemblé des cartes postales, des images de presse et des cartes topographiques. Des documents en lien avec les sols du monde, classifiés en plusieurs groupes : engin, travail, guerre, sport, cimetières, sacrés etc. Mis bout-à-bout, les groupes constituent un ensemble qui mesure aujourd'hui plus de 40 mètres. À Marseille, sont présentés 14 mètres d’images, accrochés de manière à ce que chaque visiteur puisse embrasser tous les visuels. Une accessibilité qui permet une prise en compte individuelle de chaque document par tous. Le Mur des Sols est une cartographie évolutive, mentale et concrète qui synthétise les recherches de l’artiste. La mémoire des lieux est bien au cœur de son projet artistique.
À cette carte murale correspond une carte matérielle disposée sur le sol de la galerie. Les Bouts du Monde, œuvre qui donne son titre à l’exposition, est formée de déchets de bronze disposés sur le sol de la galerie. Lors d’une résidence en Franche-Comté, il a travaillé dans un atelier voisin d’une fonderie de bronze, qu’il a apprivoisé et côtoyé tous les jours. Lors des coulées, des jets de métal liquide formaient des déchets solides sur le sol. Alors, il débute une collecte des rebuts, puis fait couler le bronze liquide directement sur le sol pour obtenir des plaques plus grandes. Il conserve ainsi plus de trois cents morceaux de tailles différentes, articulés au lieu d’exposition et envisagé comme des îles supplémentaires, des bouts du monde, en plus. Des îles nées du hasard qui ont donné vie à une cartographie imaginaire et relationnelle.
Enfin, la vidéo Serial Floors (2006-2008) compile le résultat du visionnage journalier de 70 séries policières diffusées à la télévision, sur une durée de 24 mois. Deux années où sur son petit écran sont apparus 549 cadavres, allongés sur des sols, tous aussi différents les uns des autres. Des surfaces multiples faisant écho à un drame et à l’histoire de ces personnes fictivement assassinées. Une fois de plus, l’artiste s’est tenu à un processus précis et exigeant pour extraire de ces sols télévisuels comme un épisode de 52mn où mort, histoire, mémoire et zones matérielles s’entremêlent et produisent du sens.
C’est par le simple contact de notre corps avec le sol, que nous ressentons et découvrons l’espace que nous traversons. À partir d’une constatation évidente et essentielle, Régis Perray décortique et prolonge sa relation avec l’espace. Le temps d’une résidence, d’une exposition, d’un voyage, il enclenche un processus relevant de la chorégraphie et partage un moment de communion, intense et modeste, entre son propre corps et le lieu. Les sols sont les témoins éphémères d’un monde en chantier, entre construction, destruction et reconstruction. Ils sont la surface visible et concrète d’une histoire aux couches multiples, superposées, que l’artiste tente de décoder. Subtilement, il nous invite à prendre conscience de notre propre histoire.
Julie Crenn.
http://galeriego.com/fiche-exposition.php?id=10&type=arc&annee=2012

 

Le mot de Régis Perray !
Les balayeurs en soutien !
Aux ami.e.s, aux personnes qui accompagnent mon parcours et à toutes celles et ceux que je ne connais pas... qui soutiennent mon univers et à ceux, qui posent avec un balai, pour m'aider à faire un peu le ménage.
Etudiant à l'école des Beaux arts de Nantes entre 1992 et 1997, je commençais à recevoir quelques images de balayeurs... petit à petit au début de ma carrière c'est aussi des images de travailleurs, de parquets :-), de balais du monde entier photographiés lors de vacances, de bennes que j'ai reçues via courrier, mail et aujourd'hui surtout ici pour l’album les balayeurs en soutien. J'avais aussi quelques contributeurs réguliers comme Céline Duval, Ronan Le Régent ou Pierre Leguillon qui continuent toujours ces clins d'œil.
Je reçois aussi beaucoup d'engins de travaux et surtout de beaux rouleaux compresseurs qui font ma joie quand j'ouvre Facebook. Du coup je vous propose de voir de façon ludique et cohérente ce soutien en work in progress.
https://www.facebook.com/regis.perray/media_set?set=a.10210895283530211.1073741846.1596201954&type=3
Nous vous invitons à découvrir, suivre, participer à cette aventure des Balayeurs en soutien qui devient une œuvre à part entière du travail de Régis Perray.
http://www.regisperray.eu 

Bon mois de mai à vous !

De l’audace pour cet été : voilà ce que nous avons à vous dire !

Expos, rencontres de l’été en attendant la rentrée détonante des galeries, des salons, des foires et des grands évènements à venir.
Audace pour un été riche et une vie culturelle active et surprenante.
Allez petit tour d’horizon en dehors des plages, apéros et aitres festivités estivales.

A voir sans modération.
A Lyon ne pas laisser passer l’exposition de Vincent Broquaire à la fondation Bullukian CAVE STUDIES, VINCENT BROQUAIRE.
La Fondation Bullukian accueille jusqu'au 30 juillet un solo show de l’artiste Vincent Broquaire. Le travail de Vincent Broquaire se développe autour de dessins, films d’animations, sites internet, installations vidéo et livres. Il est représenté par la Xpogallery, Paris.
Dans cette exposition, les paysages et grottes apparaissent comme des artifices créés par l’homme. L’exposition fait résonner l’allégorie de la caverne de Platon, qui entre en confrontation avec notre ère, où le numérique apparaît comme un monde entrelacé au nôtre, à la fois invisible et omniprésent, offrant une autre perception de la réalité.
Cave Studies propose une dérive dans plusieurs visions et instantanés autour de notre perception de la nature et de la réalité à l’ère d’internet et du tout numérique. L’exposition est également une métaphore de la recherche artistique et de l’exploration du dessin, un voyage intérieur. Les dessins se développent selon plusieurs techniques et axes, comme une évolution, comportant plusieurs ambiances et étapes. L’ensemble fait également référence à une étude scientifique, un inventaire.
Commissariat : Fanny Robin.
A découvrir jusqu’au 30 juillet 2016.

Partons sur Paris !
Paula Modersohn-Becker
L’intensité d’un regard jusqu’au 21 Aout !
Le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris présente la première monographie de Paula Modersohn-Becker (1876-1907) en France. Bien que méconnue du public français, elle est aujourd’hui une figure majeure de l’art moderne. Malgré sa courte carrière artistique réduite à seulement une dizaine d’années, l’artiste nous transmet une œuvre extrêmement riche que l’exposition retrace à travers une centaine de peintures et dessins. Des extraits de lettres et de journaux intimes viennent enrichir le parcours et permettent ainsi de comprendre combien son art et sa vie personnelle furent intimement liés.

Ensuite passons par le Centre Pompidou qui consacre à Louis Stettner, le talentueux photographe américain du 20e siècle, une exposition ouverte à tous jusqu’au 12 septembre 2016. On y retrouve alors de nombreuses photographies témoignant de la société du XXe siècle, en France comme aux Etats-Unis.
Pour cette exposition consacrée à Louis Stettner, le Centre Pompidou met en avant les épreuves vintages que le photographe a donnés à l'établissement et revient sur plus de 80 ans de création photographique.

Petit détour par l’Abbaye de Maubuisson – site d’art contemporain du Conseil général du Val d’Oise – présente "l'Abbaye fleurie" exposition personnelle de Régis Perray, jusqu'au 18 septembre 2016. Présent sur la scène de l’art contemporain depuis plus de quinze ans, Régis Perray (né en 1970 à Nantes) a toujours aimé travailler la question des lieux. Sa pratique de l’in situ fait désormais référence. Ces pièces, pour la plupart inédites et pensées pour les espaces de Maubuisson, sont aussi un écho à l’histoire et à la matérialité de ce lieu. Maubuisson représente pour lui un territoire de recherche et d’expériences physiques. Il explore des gestuelles précises, adaptées aux lieux, aux matériaux, aux objets, pour en extraire des fragments d’histoires. L’abbaye de Maubuisson est soutenue par le ministère de la Culture et de la Communication - DRAC Île-de-France.
http://www.culturecommunication.gouv.fr/Regions/Drac-Ile-de-France/GRAND-ANGLE/l-Abbaye-fleurie-exposition-personnelle-de-Regis-Perray-a-l-abbaye-de-Maubuisson

Pour la rentrée voici quelques expos que nous attendons avec impatience !

Le Musée d'art moderne de la ville de Paris où vous découvrirez une grande exposition monographique au peintre Bernard Buffet (1928-1999), du 14 octobre 2016 au 26 février 2017. À travers une centaine d'œuvres, les traits secs et noirs de cet artiste controversé seront explorés selon les différents thèmes qu'il a abordés.
On repère de loin une toile signée par Bernard Buffet. Sa manière de peindre, caractéristique, est constituée de sévères traits noirs qui brossent avec brutalité des personnages au teint blême et dessinent des paysages quasi-schématiques. Il peint comme d'autres combattraient, rapide, vif. Mais sa peinture est également mélancolique, sombre, grise comme un ciel d'automne.

Bernard Buffet a exploré de nombreux thèmes, qui reviennent dans son œuvre comme des obsessions : les clowns bien sûr, mais aussi des scènes religieuses et mythologiques, des références littéraires. Au fil des toiles, un univers se révèle, un goût pour le monumental et pour l'histoire de l'art, qu'il visite et revisite à l'envi : Le Sommeil d'après Courbet et La Leçon d'anatomie d'après Rembrandt seront notamment présentés, ainsi que sa série consacrée aux Memento mori médiévaux.
Et bien sûr à venir aussi Carl Andre !

Le Musée d'art moderne de la ville de Paris consacre une belle exposition rétrospective à l'artiste américain Carl Andre (né en 1935). Ce fou de géométrie, dont les œuvres ultra-minimalistes déroutent bien souvent les spectateurs des musées, sera ici étudié à travers ses œuvres monumentales, ses photographies et ses poèmes. Une expo indispensable, à voir du 18 octobre 2016 au 12 février 2017.
Elles vous ont sûrement déjà surpris : les oeuvres de Carl Andre sont si minimalistes qu'on serait presque tenté de s'asseoir sur ses cubes, ou de marcher sur ses plaques métalliques, posées sur le sol comme un simple carrelage. Ce copain de Donald Judd et Robert Morris n'est pas là pour raconter sa vie ni même exprimer un sentiment quelconque : avec ses deux compères, il fût l'un des théoriciens du minimalisme et lui en a donné les formes les plus austères.
Des cubes donc, empilés parfois, des carreaux alignés, des volumes savamment organisés en ligne : géométrique, extrêmement précis, froid et conceptuel, l'art de Carl Andre se savoure avec étonnement. Car c'est là tout le sel de son œuvre, la surprise. Il ne s'agit pas de réagir face à ses œuvres comme on réagirait face à une peinture, s'émerveillant d'un trait ou d'une couleur. Ici, l'art s'invite dans le réel non comme un objet décoratif mais bel et bien comme un élément constitutif de la vie, qui fait réagir le spectateur et interagit avec l'espace dans lequel il est exposé.

Nous vous souhaitons un beau mois de juillet entre travail plaisir et vacances profitez bien !

Il serait peut être temps de proposer un manifeste sur l’art contemporain, si l’on considère que l’art est le propre de l’homme et qu’à ce jour notre société, en grande emprise à la consommation, inverse et mélange les genres.

Il ne suffit pas d’attirer l’attention du public sur ce qui est vendable mais plutôt sur ce qui fait sens. 
Il ne suffit pas d’avoir un lieu dit d’art pour être un lieu d’art.
Il ne suffit pas de créer des foires, salons et show room pour être fort de propositions artistiques.
Il ne suffit pas de dire j’adore ce que vous faites pour entrer dans une galerie ou faire parti d’une collection.
Il ne suffit pas de parler du marché de l’art pour penser que les artistes et galeristes vivent de leur travail.
Il ne suffit pas de proposer du spectaculaire pour du spectaculaire.

Et pourtant ce sont ces scènes là qui se jouent dans l’univers artistique d’aujourd’hui.Alors que faire ?Après maintes conversations, échanges avec X ou Y,
après maintes propositions de projets d’exposition, de co-écriture, de partage de lieux, de cartes blanches, il en ressort que certains souhaitent travailler ensemble. 

Mais qu’en est-il réellement ? Et bien peu de choses, voire trois fois rien.

Alors aujourd’hui, arrêtons le bla bla bla et agissons !

Parmi nos premières actions concrètes, nous vous proposons de soutenir, avec nous, Laurent Quenehen en recréant les Salaisons.

Voilà c'est avec ce type d'action que nous vous laissons voir ce qui fait sens pour vous ou pas !

Bon mois de février en mouvement et en actions créatives. 

Julie Perin
Co-Fondateur d'alternatif-art

ALTERNATIF-ART SOUTIENT LA REOUVERTURE DE L'ESPACE
LES SALAISONS
Le projet est de remonter les salaisons à Paris ou dans le grand Paris. C'est à dire un espace autonome d'exposition, performance, concert, lecture et ouvert à tous les projets qui ont une âme. 
Pour cela il faudrait que chaque participant volontaire verse 10 euros / mois. Il deviendrait ainsi membre actionnaire du lieu, producteur, comme dans une coopérative et toucherait un pourcentage en fin d’année sur les ventes, servira une cause indépendante, rencontrera les artistes aux vernissages, aura une carte de membre.
Plusieurs actionnaires à 10 euros, cela permet de payer les frais d’assurance, edf et divers, faire un salaire et financer la production des œuvres pour les expos. 
11 expos par an, une par mois, c’est une centaine d’artistes exposés chaque année. Si ça marche, vous gagnerez peut-être de l’argent. Voici le site du lieu fermé en juin dernier après 8 années d'existence et une cinquantaine d'expositions et projets divers... www.salaisons.orgDans un premier temps, je cherche à financer SALO IV, le salon du dessin érotique créé aux salaisons, salon important en cette période.
Salo IV se déroulera au 24 rue Beaubourg du 7 au 10 avril 2016. Alors, si vous souhaitez participer au financement de ce projet : www.salaisons.org Cliquer sur "aider les salaisons" puis sur le bouton "FAIRE UN DON"(Carte bancaire sécurisée via paypal)
Ou envoyer un chèque à l’ordre de « les Salaisons », 
54 Square Henri sellier, 94220 Charenton le Pont. 
Soit 10 € / mois, soit 40 € pour les quatre mois.


Du blog au site professionnel aujourd'hui en plus de notre site d'information, nous avons une plateforme associative, en mouvement ici ou ailleurs, par le biais d'un site et de projets d'expositions dans différents lieux.

Alternatif-art continue grâce à vous et pour vous depuis 8 ans à diffuser, partager, commenter, découvrir, mettre en lumière de nouveaux lieux, artistes, livres, dont nous suivons depuis 8 ans l'évolution de près comme de loin.

Musées, institutions, galeristes, collectionneurs, artistes ou quelque soit notre titre, si nous ne prenons pas conscience de ce que représente l'art dans notre société, du rôle qu'il détient et offre aux possibles des libertés d'expressions, nous perdrons un langage. Nombre de lieux d'expositions s'interrogent sur la notion d'acquisition d'œuvres d'art, sur ces marchés tout azimut où le public parfois s'y perd et n'ose pas pousser une porte de galerie mais pas que !

Bulletin d´information
Septembre 2013
L´EDITO DE JULIE & CHRISTOPHE

Quoi de neuf pour cette rentrée ?

Pour nous, la rentrée s'articule autour de la construction, de la mouvance et de l'itinérance. et oui alternatif-art est à présent une structure associative basée entre Paris et Lyon !

Du coup c'est l'occasion pour nous de partager avec vous des vues sur la Biennale de Lyon 2013 qui ouvre ses portes au public le 12 septembre 2013. Le commissaire Gunnar B Kvaran propose un parcours initiatique autour de la narration, du récit, dans différents lieux avec une sélection d'artistes internationaux aux pratiques très diversifiées et multiples. Nous irons donc pour vous expérimenter cet itinéraire autour de l'art contemporain.

De plus, Marseille fait sa belle chez art-cade galerie des grands bains douches de la Plaine où une jolie carte blanche est donnée à Gilles Desplanques avec l'exposition Issue de secours où le chantier devient une aire d'expérimentations à découvrir jusqu'au 21 septembre.

Quant à Paris et sa banlieue, deux rendez-vous à ne pas rater. Tout d'abord, l'exposition Exil du 7 septembre au 7 octobre 2013 (vernissage le vendredi 6 septembre) aux SALAISONS, à Romainville, ainsi que l'exposition The Cure à la Galerie Talmart à Paris, de l'artiste Corine Borgnet.

Voilà pour un premier tour d'horizon. Pour ce qui est de la suite, nous vous en dirons plus en octobre.

En attendant, nous vous souhaitons une belle rentrée !

Julie Perin & Christophe Cochart
Co-fondateurs d’alternatif-art
// librairie : De l'art de l'installation
Alain Alberganti

L'art de l'installation représente l'avènement d'un nouvel espace plastique à la frontière entre l'art et le réel. Cette frontière est le moteur d'un dispositif artistique immersif par lequel le visiteur d'une installation expérimente une perception autre de l'espace.

La réception de l'oeuvre n'est plus fondée sur une opposition sujet / objet mais sur un projet qui génère une spatialité à partir des perceptions du visiteur. Cette spatialité se situe au croisement des arts plastiques, des arts du spectacle et de l'architecture.


Consultez la rubrique LIVRES...
Quoi de neuf sur ALTERNATIF-ART TV ?


Conférences
Dans l'atelier
Expositions
Interviews
Oeuvres
Performances
Vidéos d'artistes

Samaras - light show 1 par Treeya Brooks et Ragini Bhow

 

"Blaubart", Pina Bausch, 1977
 
// l´actu sur alternatif-art.com :
les derniers articles
Danse contemporaine : Mariana, compagnie Maryse Delente

Appel à candidature Danse : Aerowaves

Une performance en vidéo : SAMARAS, light show 1

Marché de l'art : 12ème Biennale de Lyon, le monde est un récit

Appel à candidature : Le Prix Canson Art School lance sa 4e édition

Dans l'agenda d'alternatif-art : EXIL, Les Salaisons

Appel à candidature : Le Tetris, spectacle vivant et arts numériques

Livre : 10 artistes sur le divan, Guidino Gosselin

Appel à candidature : Prix international de peinture "Novembre à Vitry"

Exposition : Julie Darribère à la galerie Karima Célestin, Marseille

Appel à contribution : Revue Sans-Titre

Vidéo : Sleep, for Salman Rushdie, Mounir Fatmi

Appel à projet : Sentier art et environnement, 4ème édition (30)

Marché de l'art : les galeries d'art en France en 2012

Appel à résidence : Association laMezz

L'art contemporain en vidéo : Avec Life Clock, Bertrand Planes redéfinit l'espace-temps

Appel à candidature : Résidence, association Lumière d'Encre (Photographie)

Livre : L'œil qui lit, Significations des images de Bernard Lamizet

Appel à candidature : Le Château - Résidences de recherche et de création

 
// l´annuaire d´alternatif-art.com :
les derniers inscrits
ARAMI, l'art contemporain en Val d'Oise, Foires & Salons
Derolo, Artiste

Rendez-vous dans l´annuaire de l´art contemporain pour visiter ces sites...
// les dernières petites annonces

Actuellement, il y a 29 petites annonces :

Appels à projets (3)
Emplois (1)
Annonces diverses (2)
Expositions (21)
Matériels / Equipement (1)
Recherche de financement (1)

les services gratuits d´alternatif-art.com
LE SERVICE D´ALERTES JOURNALIERES
Idéal pour recevoir chaque jour les informations diffusées par alternatif-art.com. S´inscrire
ALTERNATIF-ART sur FACEBOOK
Retrouvez les articles d´alternatif-art, des photos, des vidéos, etc. dans notre groupe sur FACEBOOK
LES PETITES ANNONCES DE L´ART CONTEMPORAIN
Toutes les annonces sont consultables ici
ALTERNATIF-ART TV
L´art contemporain en vidéo : œuvres, interviews, reportages, vidéos d´artistes... La télé selon alternatif-art !

 

Bulletin d´information
Août 2013
L´EDITO DE JULIE & CHRISTOPHE

Un été de mise à jour et de mise... au point

Ça, c’est fait ! Nous avons mis du temps à la faire, mais nous avons enfin mis en ligne notre nouvelle version. Création 100% alternatif-art, cette nouvelle version est, nous l’espérons, tout aussi claire qu’avant. Reste encore quelques élements à rajouter et plusieurs améliorations esthétiques, à découvrir dans les prochaines semaines.

Et parmi les fonctionnalités à ajouter, nous souhaitions vous permettre de commenter les articles directement sur le site, comme vous pouvez actuellement le faire sur Facebook par exemple.

Mais avez-vous lu les commentaires sur cette vidéo présentant notamment l’œuvre de Maria Loura Estevão. Si vous ne l’avez pas encore fait, je vous invite à les lire car c’est digne du courrier des lecteurs du Figaro et venant de ma part, n’y voyez pas un compliment. Et quand on sait que la plupart de ces « critiques » proviennent d’artistes, ça laisse encore plus pantois.

Autant nous pouvons respecter que nos engagements et les informations que nous publions ne plaisent pas à tout le monde, autant nous exigeons des commentateurs qu’ils argumentent au minimum leurs désaccords.

Pour ou contre les commentaires sur alternatif-art, le débât est lancé !

Nous vous souhaitons, Julie et moi, un beau mois d’août ensoleillé.

Julie Perin & Christophe Cochart
Co-fondateurs d’alternatif-art
// librairie : Impasse des bébés gris
Fabrice Pliskin

Mécontent de son pays et de sa condition, Michel Gilardin, un opticien de 58 ans, se réinvente tous les week-ends en artiste contemporain. Il multiplie les performances démesurées avec une ferveur problématique, voire dommageable pour ses proches. Sa nouvelle passion l'amène à explorer différentes définitions de l'art et de l'amour, d'abord avec Ravaka, une Malgache qu'il a ren- contrée sur Internet, puis avec Kadidiatou, une immigrée clandestine. Son épopée nous est narrée par une de ses clientes et amies, une conductrice de « Google Car », que l'opticien associe étroitement à ses prouesses esthétiques, pour le meilleur et surtout pour le pire.

Lire un extrait...
Quoi de neuf sur ALTERNATIF-ART TV ?


Conférences
Dans l'atelier
Expositions
Interviews
Oeuvres
Performances
Vidéos d'artistes

Nicole Dufour : quelques mots de son travail (culturebox)

 

Tube II par Gabriel Barcia-Colombo
 
// l´actu sur alternatif-art.com :
les derniers articles
Appel à candidature : La Malterie, Mise à disposition d'un atelier d'artiste

Une installation en vidéo : L'insaisissable par Ann Veronica Janssens

Appel à candidature : Dispositif pour la Création Artistique Multimédia (DICRéAM, CNC)

Dans la presse : Les musées fragilisés par le mécénat (Le Monde)

Appel à candidature : Résidences au centre d'art contemporain de Pontmain

L'art contemporain à la télé : De l'art vidéo en vitrines à Bâle (Culturebox)

Appel à candidature : Résidence de l'EMPAC (New York)

Livre : Impasse des bébés gris par Fabrice Pliskin

Appel à candidature : Astérides, Session 2014, Marseille

Extrait du Carnet de Voyage de Claire Chesnier à Pékin #1

Appel à candidature : À ciel ouvert, Parcours d'art actuel, Riorges

Appel à projet de création scénique : Cosmothropos 2013

Guide des opportunités de financement pour la mobilité internationale des artistes et des professionnels de la culture en Europe

Appel à projets : Arts à la pointe 2014

Dans la presse : Marseille 2013, le capital de la culture dilapidé (Libération)

Appel à projet : 14ème rendez-vous du carnet de Voyage

 
// l´annuaire d´alternatif-art.com :
les derniers inscrits
Véronique Fanti, Artiste
Abstrait by Nia_l, Artiste
PONOTJEROME, Artiste
Amargot, Artiste
Erick Mengual, Artiste
Sylvie Duval, Artiste
Le Blog de Claudie Bastide, Artiste
Galerie Grand E'terna, Galerie
Cargo Bleu au service de l'entreprise, Art & entreprise
Christine Renaudet, Artiste

Rendez-vous dans l´annuaire de l´art contemporain pour visiter ces sites...
// les dernières petites annonces

Actuellement, il y a 36 petites annonces :

Appels à projets (3)
Emplois (3)
Annonces diverses (5)
Expositions (24)
Recherche de contact (1)

les services gratuits d´alternatif-art.com
LE SERVICE D´ALERTES JOURNALIERES
Idéal pour recevoir chaque jour les informations diffusées par alternatif-art.com. S´inscrire
ALTERNATIF-ART sur FACEBOOK
Retrouvez les articles d´alternatif-art, des photos, des vidéos, etc. dans notre groupe sur FACEBOOK
LES PETITES ANNONCES DE L´ART CONTEMPORAIN
Toutes les annonces sont consultables ici
ALTERNATIF-ART TV
L´art contemporain en vidéo : œuvres, interviews, reportages, vidéos d´artistes... La télé selon alternatif-art !