Jeanne Rimbert, faïence blanche émaillée, 2017Vernissage le samedi 4 novembre à partir de 17h.

La rage, c’est ce qui surgit dans les cités des quartiers nord de Marseille, les prisons surpeuplées, les écoles défavorisées, les camps migratoires ; là où tout est organisé pour que la vie des humbles soit une humiliation. L’esthétique de la rage fut portée par l’Abbé Pierre, Coluche, Daniel Balavoine, elle amena révolte, réparation, soutien aux plus démunis.
Cette sélection sociologique est également politique : les jeunes de la classe favorisée occupent en majorité les grandes écoles. Cette répartition élitiste se présente comme naturelle alors qu’elle n’est qu’un diktat dirigé par un petit groupe social. Il en va de même pour les jobs de survie : les emplois aidés, les emplois précaires sont stigmatisés. L’égalité n’existe pas, c’est un mensonge de dire que l’on peut étudier en livrant des pizzas. Les grands groupes et leurs actionnaires deviennent de plus en plus riches alors que les salaires ne permettent pas de se loger dans les capitales.

 

Il faut s’exiler loin du centre et il est interdit aux plus pauvres d’y revenir pour ne pas polluer l’atmosphère. L’idée prégnante est de cantonner les exploités dans des villes dortoirs loin des centres touristiques, avec les
migrants, les fous, les prisonniers. De cette oppression physique et mentale vient d’abord la consternation, l’épuisement, la non-vie, mais à force de coups répétés l’homme comme l’animal peut à tout moment se révolter. Les cinéastes et les artistes présents dans cette exposition ont chacun à leur manière un haut le coeur, un questionnement rageur et esthétique sur l’échelle des valeurs.
Laurent Quénéhen

 

Plus d'infos sur cette exposition...