La force et le dynamisme des politiques culturelles publiques en France ont produit une situation originale, observée avec intérêt par de nombreux pays, celle d'une très grande collection d'art de notre temps diffusée sur l'ensemble du territoire national dans des institutions diverses, notamment des musées, le Fonds national d'art contemporain, des Fonds régionaux d'art contemporain, des artothèques, etc.

Le dispositif public ainsi créé est robuste, car il a la force du réseau où chaque point dispose d'une pleine autonomie fonctionnelle tout en s'inscrivant dans une forme évolutive d'interdépendance avec tous les autres membres du réseau. Une opération comme celle des « 30 ans des FRAC », cette année, diffractée partout en France et rassemblée à l'automne à Toulouse, en est une démonstration significative.

Cependant, cette situation n'a pas été considérée jusqu'à présent sur ce mode rhizomique mais plutôt point par point, en raison de la grande diversité des institutions, des financeurs publics et des situations locales. Si un FRAC n'est à l'évidence pas un musée d'art contemporain et si un musée d'art contemporain n'est pas un centre d'art, quelque chose de très fort les lie : l'art de notre temps, le rapport direct à ses créateurs, à leurs œuvres et la volonté d'y donner le plus large accès au plus grand nombre.

La suite en téléchargeant l'intégralité du document...

LIVRES
VIDEOS