Quitter sa patrie est un bouleversement.

En Union soviétique, les émigrants n'avaient droit qu'à trois valises lorsqu’ils quittaient le pays. Trois valises dans lesquelles devaient tenir une vie entière.

L’écrivain russe Sergueï Dovlatov proteste contre cette restriction dans son livre « La valise », mais découvre ensuite que tout ce qu'il a accumulé au cours de sa vie tient facilement dans une seule valise (qu’il n’ouvrira d’ailleurs jamais après son arrivée à New York).

Les artistes de cette exposition travaillent cette ironie du sort qui conduit à garder l’essentiel pour l’oublier.

La suite dans l’agenda d’alternatif-art