Elle a dansé pour Philippe Découfflé, Alain Platel, Sidi Larbi Cherkaoui ou James Thierrée. Mais depuis quelques saisons Kaori Ito vole de ses propres ailes. Artiste passée par la danse, classique et contemporaine, comme par la tradition japonaise, elle raconte la genèse de “Robot, l’amour éternel”, sa dernière et saisissante création entre installation et performance.