L'artiste australien Denis Beaubois a commencé cette série de performances en 1996 dans les rues de Sidney. Il s'invite, sans autorisation, pendant trois jours d'affilé dans le champ d'une caméra de surveillance et lui renvoie son regard impassible. Sa maitrise du butô et sa capacité à rester immobile finissaient par faire naitre un semblant de conversation ou une réaction chez les passants, les agents de sécurité et les opérateurs-vidéo.

Denis Beaubois: "In the event of Amnesia the city will recall... Part 1" (1996/97) :

 

 


Dans le cadre d'un projet en continu, la première video, La Nef des Fous, a été créée en 2010.

Ce projet est basé sur la découverte du livre de l'humaniste Sébastien Brandt, écrit vers 1500 et dont le sujet soulève la question du salut de l'espèce humaine. Par ailleurs, une peinture de Jérôme Bosch peinte à la même époque et du même nom a et inspire ce thème.

D'abord la vrai scène du film (Wim Wenders, les ailes du désir) et ensuite une captation tournée avec une caméra espion dans un tram à Nantes et ajout de la bande son (remixée) du vrai film...une certaine manière de se prendre pour un ange...

    

“ J’ai lu Dora comme une fiction ”, aime à préciser Virginie Foloppe, interrogée sur l’interprétation imagée qu’elle offre de cette femme. C’est dire que, loin de retracer un document biographique, elle choisit, condense, développe quelques éléments qui lui semblent emporter le visage de Dora : une femme, assise sur une chaise, face au spectateur, tient entre ses mains les hanses d’un petit sac blanc, disposé sur ses genoux. Garderait-t-elle secrètement un objet précieux, qu’il ne convient de dévoiler, à moins qu’elle n’attende, avec détermination et impatience, une rencontre fortuite, un amour lointain ? Dora, d’un geste, ouvre la fermeture, laissant percevoir les tonalités d’une déchirure singulière, puis retourne le sac : là, de longs filaments de peinture rouge créent des flots sanglants sur les jambes, une sombre mare douloureuse sous les chaussures blanches. Souillée, Dora, une fois le liquide écoulé, repose le sac sur ses genoux. Lentement, elle glisse une main à l’intérieur, se saisit d’une poupée ensanglantée pour la renverser enfin à terre. Elle la regarde, la bouscule avec son pied, s’assurant pratiquement de la mort.

(Texte de Julien Milly)

 

En une minute, il peut tout se passer. En une minute, il peut ne rien se passer. Une minute, c'est court, Une minute, c'est long. Pendant une minute, le visage peut parler sans qu'on ait besoin de parler.

Un projet artistique de David DO VAN MINH

Une vidéo du projet :

 

VIDE from David Lasnier on Vimeo.

D’autres vidéo de David Lasnier sur Vimeo

 

Le site de l’artiste : www.lasnier.me

edito revue ka 01

Le bruissement de l’intime

Pour cette première édition de la revue K.A, c’est tout en finesse que nous convoquons l’intime et invoquons l’érotisme. C’est dans la préciosité du secret, du toucher / voir, du non-dit que nous tentons d’entendre et de percevoir le bruissement de l’intime.

Écoutez ! Il est là.

À mi mot il se révèle. Telle une réalité profonde de la conscience gardée secrète. Une caresse, un souffle, une peau.

Lire la suite de l'édito...

alternatif-art est un portail d'informations pour les artistes. Fondé en 2007 par Julie Perin et Christophe Cochart.

AGENDA

07
Avr
Galerie du Faouedic
-
Lorient

07
Avr
Irène Laub Gallery
-
Bruxelles

07
Avr
Enseigne des Oudin
-
PARIS