Marché de l’art : Le prix du dessin La 4ème édition du Salon du dessin contemporain de Paris, s’est tenu au mois de mars dernier, et il a été l’occasion de faire un point sur le marché du 9ème art. Comment a-t-il résisté à la crise ? Quels sont ses secteurs et ses artistes les plus porteurs aujourd’hui ? 

Certes, la cote du dessin a été entraînée par les hauts et les bas du marché de l’art global, mais ses fluctuations sont restées modérées. Au pic de la bulle spéculative en effet, les prix du dessin gonflaient de 27% "seulement" quand l’art contemporain explosait de 93% (entre 2002 et 2008). Epargnées par les spéculateurs, les feuilles sont donc tombées de moins haut. 

Lire la suite sur ArtMarketInsight… 

 

Marché de l'art contemporain : L’art comme Rédemption La vie de Louise BOURGEOIS fut riche de 70 années de création. L’artiste, qui s’est éteinte le 31 mai 2010 était encore, à 98 ans, consultée par les jeunes artistes dans son atelier new-yorkais. Française de naissance, Louise Bourgeois a obtenu sa reconnaissance légitime aux Etats-Unis où elle vivait et travaillait depuis les années 40. En 1982, le Musée d’art moderne de la ville de New-York lui consacre sa première rétrospective. En 2009, elle est honorée par le National Women's Hall of Fame ainsi que neuf citoyennes américaines, pour avoir marqué l'histoire des Etats-Unis.

Lire la suite sur ArtMarketInsight….

Marché de l'art : En attendant les ventes de mai En attendant les grandes ventes d’art impressionniste, moderne et contemporain de mai, les collectionneurs font leur pèlerinage annuel des salons et foires. Les aficionados de l’art contemporain sont particulièrement sollicités en mars et avril entre l’Armory Show, Art Paris, Art Tokyo, Art Brussels, Cige, etc. 

Le calendrier des ventes publiques est traditionnellement calme avant les grands rendez-vous new-yorkais, hongkongais et parisiens de mai. Pour attirer le collectionneur en salle, Phillips de Pury & Compagny lançait le 19 mars 2010 une première vente aguicheuse sur le thème du sexe, dans la continuité de ses vacations thématiques engagées depuis septembre 2009.

Lire la suite sur ArtMarketInsight...

Marché de l’art : L’Afrique à l’assaut de New-York La vente thématique Africa organisée le 15 mai 2010 par Phillips de Pury & Company à New-York confirme la hausse des prix de l’art africain, et pas uniquement pour les têtes d’affiche dont la renommée est déjà faite et la demande mondialisée. Avec 1,1m$ de recettes et 38,4% de lots ravalés, la réussite est partielle, y compris pour des œuvres abordables à moins de 10 000$. 

Cette vente thématique n’était pas exclusivement réservée aux créateurs africains et la plus belle enchère est signée pour un artiste né et résident à Londres : Yinka SHONIBARE décroche le plus beau coup de marteau de la vacation à 88 000$. Sur la seconde marche du podium, Chéri SAMBA signe son nouveau record en salle avec un score de 80 000$ pour une grande toile de sa série J’aime la couleur.

Lire la suite sur ArtMarketInsight…

 

Marché de l'art : Ben - Sa plus grande rétrospective est à Lyon Ben n’est pas qu’une calligraphie enfantine sur une trousse scolaire ou un stylo plume siglé J'écris pour la gloire. Pour comprendre son univers au-delà de son ego et des produits dérivés, il faut s’intéresser à Fluxus, à sa verve, à ses doutes et à ses combats. 

Tout commence à Nice. Dans une petite boutique qu’il tient entre 1958 et 1973. La vente de disques – objet du commerce – n’étant pas des plus dynamique, BEN crée des événements, invite des artistes à exposer, décore la façade d'une accumulation d'objets hétéroclites, de phrases, de tout et de n’importe quoi, fait beaucoup de bruit et ouvre, au premier étage, un laboratoire. Il l’appelle le Laboratoire 32. C’est un lieu de rencontres et de débats où Ben commence à signer tout ce qui lui passe entre les mains, y compris les œuvres d’autres artistes et son propre corps. Vif, drôle, jaloux, tourmenté, Ben est peu concerné par l'œuvre d'art formelle et esthétisée. Il préfère des thématiques telles que l’art, la vie, l’ego, la vérité, l’éthnisme. 

Lire la suite sur ArtMaketInsight…

Marché de l’art : Le marché est reparti Le retour des grands collectionneurs en salles est consommé et les cessions new-yorkaises de mai ont largement tenu leurs promesses, loin, très loin des résultats moroses de l’année dernière. A l’issue des ventes Impressionniste et moderne de prestige (4 et 5 mai), le produit des ventes cumulées de Christie’s et Sotheby’s augmente en effet de 205% par rapport aux résultats de mai 2009 et de près de 230% pour les cessions contemporaines (11 et 12 mai). Les taux d’invendus sont particulièrement bas : oscillant entre 6% (cession contemporaine de Sotheby’s) et 22% (cession impressionniste et moderne de Christie’s). Douze records furent enregistrés dont le nouveau record mondial aux enchères, Pablo PICASSO reprenant une place prise par Alberto GIACOMETTI deux mois plus tôt (L’Homme qui marche).

Lire la suite sur ArtMarketInsight…

Marché de l’art : Art Russe - déferlante d’œuvres en avril Les artistes russes ont multiplié les enchères millionnaires entre 2005 et 2008, soutenus par des collectionneurs fortunés et passionnés par une peinture sous cotée en regard des exploits des artistes européens. L’engouement manifeste de la dernière décennie fit notamment exploser la cote de l’art russe du XIXème siècle. Après une hausse de 473% entre 1998 et 2008, les prix ont dévissé de 37% avec la crise (janvier 2008-janvier 2010). Plutôt que de miser sur des résultats à sept chiffres, Christie’s et Sotheby’s offrent pour leurs ventes russes d’avril 2010 pléthore d’artistes de renom avec des estimations basses n’excédant pas 400 000 $.

Lire la suite sur ArtMarketInsight...

Ecrit Par Pierrick Moritz

La vente d’art contemporain organisée hier par Sotheby’s à New York affiche un produit de 189,69 millions de dollars dont un tiers généré par un autoportrait monumental d’Andy Warhol et une grande composition de Mark Rothko. Le chiffre d’affaires de la maison de ventes est 4 fois plus important que celui de sa vacation équivalente de 2009 (particulièrement catastrophique) mais reste très inférieurs à ceux de 2007 (254,87 millions) et 2008 (362,37 millions).

Lire la suite sur Artwithoutskin.com

Marché de l’art : Le Street Art est à la mode Nés dans les années 60 des rues de New York, portés par le goût du défi et une certaine marginalité, tags, graffitis et pochoirs ont fait entrer la culture urbaine dans les salles des ventes et sur les murs des collectionneurs. Le Street art est à la mode et a gagné ses lettres de noblesse via de multiples expositions dans de vénérables lieux à travers le monde tels la Tate Modern de Londres (Street art, 23 mai-25 août 2008) ou le Grand Palais de Paris (Tag au Grand Palais, 27 mars-26 avril 2009). 

Tant d’émulation a nourri une demande boulimique dans les années 2000 faisant exploser les prix de 195% en une décennie avec un pic atteint en janvier 2008, puis un essoufflement de la cote dû la crise. Depuis 2008, les prix sont retombés de près de 40%, renouant avec les niveaux de 2005.

Lire la suite sur ArtMarketInsight...

Marché de l’art : Hausse des prix anticipée par Christie’s et Sotheby’s Au programme des ventes d’art contemporain des 11 et 12 mai 2010 : des estimations fortes pour des chefs-d’œuvre signés Warhol, Klein ou Rothko et surtout, la réapparition de pièces majeures dont la précédente crise avait privé le marché. Les signatures brûlantes de l’art contemporain comme Jeff KOONS, Richard PRINCE ou Maurizio CATTELAN, font aussi leur grand retour avec des estimations souvent très ambitieuses. Le moral gonflé par les récents records de l’art ancien ( RAPHAEL) et moderne (Alberto GIACOMETTI) les maisons de ventes anticipent une hausse des prix de l’art contemporain là où elle fut stoppée nette avant la crise, c’est à dire, au plus haut. Pourtant, huit jours avant les ventes, l’indice des prix de l’art contemporain est encore enlisé au niveau enregistré en mai 2009.

Lire la suite sur ArtMarketInsight...

edito revue ka 01

Le bruissement de l’intime

Pour cette première édition de la revue K.A, c’est tout en finesse que nous convoquons l’intime et invoquons l’érotisme. C’est dans la préciosité du secret, du toucher / voir, du non-dit que nous tentons d’entendre et de percevoir le bruissement de l’intime.

Écoutez ! Il est là.

À mi mot il se révèle. Telle une réalité profonde de la conscience gardée secrète. Une caresse, un souffle, une peau.

Lire la suite de l'édito...

alternatif-art est un portail d'informations pour les artistes. Fondé en 2007 par Julie Perin et Christophe Cochart.