Livre : Une avant-garde sans avant-garde, Essai sur l’art Olivier Zahm

Ce livre, réalisé avec Donatien Grau, n'est pas seulement un recueil des textes les plus significatifs d'Olivier Zahm, écrits sur les trente dernières années. C'est surtout une lecture radicale de l'art, des années 1990 à nos jours. Au-delà de la dialectique propre aux années 1990, qu'a accompagné le magazine Purple, cet essai sur le contemporain entreprend de décrypter cette époque chaotique, contradictoire, étouffante autant qu'hyper-créative, qui est la nôtre. Les introductions qui précèdent chaque chapitre ne font pas que contextualiser les articles sélectionnés pour ce recueil : ils développent l'idée que les années 1990 ont inventé une avant-garde sans avant-garde, dont les enjeux ne font que se multiplier et s'intensifier aujourd'hui.

Achetez ce livre sur Amazon et soutenez ainsi l'Association Alternatif-Art...

Action, énaction : L'émergence de l'oeuvre d'art

ACTION, ÉNACTION
L'émergence de l'œuvre d'art
Sous la direction de Xavier Lambert
BEAUX ARTS ARTS PLASTIQUES PHILOSOPHIE

Cet ouvrage se propose de s'interroger sur la façon dont les paradigmes issus des technologies contemporaines, du numérique en particulier, ont une incidence sur les processus de création artistique, dès lors que les artistes ont recours, problématiquement, à ces technologies. Les contributions présentes traitent de trois grands thèmes : L'émergence numérique, L'acte plastique et L'action énactive.

Achetez ce livre sur Amazon et soutenez ainsi l'Association Alternatif-Art...

Les Conséquences NIÑA WEIJERS

Qu’est-ce que vivre ? Est-ce autre chose qu’être vu par autrui ? Hantée par ces questions, au sortir de l’École des beaux-arts d’Amsterdam, Minnie Panis devient une artiste conceptuelle renommée. Les étranges séries de photos qu’elle produit montrent des traces de son existence, mais jamais elle-même.
Le choc est d’autant plus violent lorsqu’elle se découvre un jour, presque nue, offerte à tous les regards en couverture d’un célèbre magazine de mode. Minnie n’est pas femme à subir un tel “vol d’image” sans réagir : de cette mésaventure surgit un nouveau projet aux implications radicales, où elle entraînera le voleur et se mettra elle-même, plus que jamais, en danger.

Achetez ce livre sur Amazon (et participer ainsi au financement de l'Association Alternatif-Art)...

LES ARTS EN [TEMPS DE] CRISE

Qu'entendons-nous par « crise dans le monde de l'art » ? S'agit-il d'une question économique ponctuelle, d'un moment nécessaire pour un changement social ou bien d'un état esthétique continu dans l'exercice de la création artistique ? Si l'on considère qu'il existe un art critique, celui-ci peut-il constituer un outil de rébellion sociale ? Ce livre essaie d'offrir des réponses à ces questions si fondamentales quant à la situation des arts aujourd'hui.

Achetez ce livre sur Amazon (et soutenez ainsi l'Association Alternatif-art)

Du narcissisme de l'art contemporain

Aujourd’hui, en art, tout est possible. Ce que fait l’art dit contemporain en qualifiant tout et n’importe quoi d’artistique – une tâche, une boîte de conserve, un corps sanguinolent, des excréments – est une négation radicale des codes et des règles, de la tradition et des critères de jugement qui, pourtant, imprègnent et structurent encore la plupart des consciences. Délivré des idéaux humanistes et de leur dimension progressiste, cet art épouse le projet du libéralisme libertaire, celui d’une classe sociale dominante, et non celui de tous. Celui d’un monde vide, où règnent le cynisme, l’opportunisme et l’égoïsme.

Claude Lévêque, Parler à un mouton

Éblouissant dans chacune de ses pratiques artistiques, Claude Lévêque l’est également dans l’écriture. Parler à un mouton oscille dans un équilibre fragile entre humour, gravité et nostalgie. L’écriture est poétique, parfois crue, aussi onctueuse que voltigeuse. Les pages se succèdent dans un univers supposément enfantin, où dessins et mots se mêlent.

Préface de Joël Delplanque

Alain Delatour et Thierry Beinstingel nous proposent un regard croisé sur leur passion commune pour ce sport à travers peintures et textes, à l’approche du championnat du monde de janvier 2017. Le sport, l’art et la littérature se rejoignent: «Lorsque nous pratiquons un sport à haut niveau, à chaque instant mille pensées nous traversent. Mille regards, et c’est autant de tableaux qui s’offrent à nous»

Alain Delatour est un ex joueur et entraîneur de handball. Aujourd’hui il peint et expose régulièrement en France. Son ami Thierry Beinstingel partage sa passion du handball et deux de ses ouvrages ont été sélectionnés pour le prix Goncourt. Leur projet, en partenariat avec le club USDK Dunkerque handball, s’inscrit dans la perspective du prochain championnat du monde de handball 2017 organisé en France.

Achetez ce livre sur Amazon (et soutenez ainsi l'Association Alternatif-Art)...


Un recueil de récits et de textes théoriques interrogeant les modalités d'existence de l'œuvre d'art, en prenant pour point de départ une collection de reliques d'œuvres.

Recueil de récits et de textes d'essence théorique, La vie et la mort des œuvres d'art entend poursuivre l'entreprise abordée par l'exposition éponyme au Cneai (Chatou, France) en 2014, et lors du panel de discussion organisé chez Treize (Paris, France) en Novembre de la même année. Avec pour point de départ une collection d'objets qui furent des œuvres d'art et ne le sont plus, ce livre s'intéresse à différentes continuités matérielles et perceptibles traversées par la définition d'œuvre d'art.


En 2013, Balloon Dog (Orange) de Jeff Koons a été adjugée pour 58,4 millions de dollars chez Christie’s. Cette œuvre est produite en cinq exemplaires détenus par de grands collectionneurs tels François Pinault ou Elie Broad. Tous deux disposent d’un espace muséal, concurrençant les institutions publiques dont les moyens apparaissent désormais dérisoires. Koons est par ailleurs représenté par la galerie Gagosian. Christie’s, Gagosian, Koons, Pinault : quatre acteurs d’un marché dont la structure se rapproche d’un oligopole à frange, où quelques acteurs mondialisés contrôlent le marché tout en laissant la tâche à de multiples galeries – petites et moyennes – de repérer les nouveaux talents et d’assumer la prise de risque initiale. Comment certains artistes deviennent-ils des stars et une œuvre peut-elle atteindre plusieurs millions ? Cet ouvrage montre que la valeur de l’art contemporain résulte d’un jeu complexe d’interactions entre acteurs. Le talent, bien sûr, mais aussi le hasard et les stratégies se mêlent pour donner naissance à des hiérarchies qui, in fine, font l’objet d’un relatif consensus.

Achetez ce livre sur Amazon (et soutenez ainsi l'Association Alternatif-Art)...

Couverture du livre Cristal HouseDes mains se détachent dans la pénombre devant le vacarme et l’anonymat de la grande ville. Elles évoquent la rencontre avec l’autre et l’arrêt sur son histoire. Des moments qui permettent de dépasser le chaos et l’hostilité de la métropole observée à travers la vitre. La nouvelle réalisation d’Anna Malagrida, pour la Carte blanche PMU, est faite de contrastes. Au centre il y a la métropole où se croisent des millions de destins humains ; la métropole dont l’attractivité, l’intensité et le capital économique attirent les individus du monde entier qui espèrent y trouver une vie meilleure. Mais c’est également la métropole qui repousse, isole, déçoit. Anna Malagrida s’arrête sur cette contradiction et la soumet à une observation intense.
Pour les photographies qu’elle propose, l’artiste tourne la caméra vers l’intérieur, un intérieur comme celui d’un bar et s’introduit parmi ceux qui sont là. Elle les regarde de près, mais elle les écoute aussi – les fragments d’histoires qu’elle a recueillis sont inscrits sur les murs de la galerie. Les images sont très sombres, les mains sont le seul élément qu’on y distingue.

Achetez ce livre sur Amazoin et soutenez ainsi l'Association Alternatif-Art...